D’après la revue scientifique The American Biologist, un grand laboratoire pharmaceutique américain s’apprêterait à commercialiser une pillule de l’amour très particulière.

Les laboratoires s’étaient jusqu’à présent contentés de répondre aux défaillances sexuelles des individus dans leur recherche de traitements curatifs (Viagra®, Cialis®), mais jamais ils n’avaient travaillé sur le sentiment amoureux à proprement parler.

La pilule mise au point permettrait à un individu de tomber ou retomber amoureux de la personne avec qui il passe du temps. Agissant comme un antidépresseur, la substance ingérée réactive des structures neuronales ou bien met en place des attaches qui s’apparentent au sentiment amoureux. Le taux de réussite serait proche de 100%.

La commercialisation de ce médicament devrait cependant être strictement encadrée médicalement et juridiquement. D’après des rumeurs, le ministère de la santé français commencerait à réfléchir sur les dispositions à mettre en oeuvre. Seuls les couples mariés pourraient être en mesure de disposer de ce médicament.

L’ordonnance médicale devra être accompagnée d’une autorisation légale fournie par un médiateur conjugal qui jugera nécessaire ou non la reformation d’un couple en fonction de dispositions familiales et patrimoniales.

Malgré toutes les précautions, le risque de marché noir est très fort. Ce médicament pourrait remettre en question la nature des sentiments entre les gens si le produit venait à circuler librement dans la société.

Cela pose des problèmes d’éthique qui ne manqueront pas de faire réagir les associations religieuses. Bien plus qu’un aphrodisiaque, ce médicament est amené à bouleverser la vie amoureuse de certaines personnes s’il est utilisé à mauvais escient.