La commission gouvernementale sur la lutte contre les Dépendances et les Addictions a rendu un rapport étonnant le mois dernier.

Loin de se limiter aux substances addictives telles que l’alcool, le canabis ou les drogues dures, la commission s’est penchée sur tous les comportements addictifs.

Parmi les comportements addictifs mis en lumière, la relation des jeunes avec les nouvelles technologies est au centre du rapport.

La cyberdépendance est décrite comme un fléau social qui pourrait encourager la dépression et les comportements asociaux. En somme, rien de ce qu’on ne savait pas déjà.

Le rapport souligne qu’il est très difficile (sinon impossible) de contrôler le temps d’accès des jeunes à Internet puisqu’il s’agit bien souvent d’un accès familial.

En revanche, le rapport propose des mesures draconiennes pour lutter contre la dépendance au téléphone portable.

Ces propositions de mesure ne devraient pas plaire aux opérateurs de téléphonie mobile puisqu’ils sont directement concernés.

La commission recommande une interdiction totale de vente de téléphones portables aux mineurs.

Conscient des contournements possibles de ces mesures, le rapport va plus loin dans ses propositions et recommande une pénalisation de l’utilisation du téléphone portable par un mineur.

Au même titre que la consommation de drogue, une personne mineure pourrait être interpellée par les forces de l’ordre.

Des journées d’informations sur les dangers des addictions pourraient alors être proposées aux délinquants, à la place des amendes ou des travaux d’intérêt général prévus.

En cas de récidive, le rapport préconise des séjours dans des centres spécialisés en vue d’une désintoxication.