Depuis plusieurs mois, certains indélicats spéculent sur le suicide de la chanteuse Britney Spears. Il est ainsi possible de parier en ligne sur la date de sa mort.

Les frasques de la chanteuse américaine ont en effet mis en avant son inquiétante santé mentale, aidée par ses addictions à l’alcool et à la drogue.

Victime d’un harcèlement continuel des paparazzis, le moindre de ses faux pas se trouve étalé dans les tabloïds du monde entier.

Un psychologue américain signe cette semaine dans la célèbre revue américaine “Beautiful Nature”, un article allant dans le sens des parieurs de mauvaise augure.

Selon lui, si la situation n’évolue pas, si une barrière n’est pas imposée aux paparazzis qui la poursuivent jour et nuit, la star américaine pourrait en venir à cette issue ultime.

Par ailleurs, il analyse avec l’aide d’un économiste, l’impact que cette mort pourrait avoir sur la société américaine dont Britney Spears fut un modèle de réussite durant la dernière décennie.

Pour le psychologue, un suicide de la chanteuse pourrait faire perdre jusqu’à 2 points de croissance à l’économie américaine sur les trois années suivant sa mort.

La chute de l’une des plus grandes icônes américaines, au même titre que celles de Marilyn Monroe ou d’Elvis Presley par le passé, marquerait la fin d’une époque culturelle pour les Etats-Unis.

Britney Spears incarne entre autres les débuts de la dématérialisation de la musique et la fin de l’industrie du disque, l’avènement d’Internet, l’entrée dans les années 2000, la période transitoire du 11 septembre 2001…

En pleine récession américaine, le cas Britney Spears pourrait devenir une cause nationale. Qui pourra sauver Britney ?