Une agence chinoise de recherche dans la protection de l’environnement a publié récemment une étude complète sur la mortalité et les maladies dûes à la pollution de l’air et plus particulièrement les émissions de gaz à effet de serre d’origine industrielle.

Les résultats de cette étude sont édifiants et confirment les intuitions de la plupart des chercheurs dans ce domaine. La pollution à effet de serre tue !

Cette étude est essentiellement basée sur une expérimentation humaine. L’expérience consistait à administrer à 1056 volontaires chinois âgés de 12 à 82 ans une très forte pollution aérienne.

En l’espace de 20 jours, les volontaires ont respiré quatre fois la quantité de gaz carbonique qu’un individu citadin pourra respirer durant toute sa vie.

Le bâtiment dans lequel les volontaires résidaient, était alimenté en permanence par les pots d’échappement d’une soixantaine de camions non révisés. L’air extérieur, non pollué, ne représentait que 20% de l’air respiré à l’intérieur du bâtiment.

Les résultats de cette expérience sont désastreux et nous amènent à réflechir sur la nécessité de remettre en question notre modèle de consommation énergétique.

En effet sur les 1056 volontaires, on dénombre 631 morts par asphyxie, 262 commencements de cancer du poumon, 54 cancers de la gorge et seulement une centaine d’individus qui ne présentent aucun signe de maladie grave. Les jeunes individus (âgés de moins de 16 ans) et ceux âgés de plus de 65 ans semblent être les plus sensibles à une pollution atmosphérique puisqu’aucun n’a survécu à l’expérience.

L’agence de recherche chinoise envisage de poursuivre ses expérimentations à plus grande échelle pour approfondir les statistiques réelles de l’impact de la pollution aérienne sur les êtres humains.