Une étude alarmante sur le suicide des jeunes a été menée au centre de recherche juvénile de Strasbourg en France.

L’application de la loi Hadopi (appelée également loi Création et Internet) par le gouvernement français aura pour effet direct de doubler le taux de suicide chez les jeunes de 15 à 24 ans.

Comme l’explique le psychiatre Charles Eindover, “les jeunes d’aujourd’hui trouvent du réconfort dans la musique ou dans le cinéma. Si on restreint leur accès à ces psychotropes non toxiques, ils risquent de se tourner vers d’autres substances beaucoup plus dangereuses.”

La loi Hadopi prévoie en effet la coupure de l’accès Internet du foyer familial après deux lettres d’avertissement en cas d’infraction à la propriété intellectuelle.

Le psychiatre, responsable de l’étude menée à Strasbourg, confie par ailleurs une hypothèse plus qu’inquiétante. “Outre les risques liés aux drogues, la mise au ban de l’adolescent dans sa famille, entraînera incontestablement des risques accrus de suicide.”

“Les adolescents sont beaucoup plus sujets aux pensées et actions suicidaires. La loi Hadopi ne peut que favoriser le mal-être de certains. Au centre, nous avons estimé que cette loi pourrait d’ici un an doubler le taux de suicide des jeunes de 15 à 24 ans.”

Charles Eindover ajoute que selon lui “le gouvernement français a choisi entre les préoccupations sanitaires et le lobbying efficace d’une industrie mourante”.