Un illustre économiste américain, Terry Jr Grahams, est à l’origine d’une polémique récente dans les médias américains après la publication d’un ouvrage préconisant l’esclavage pour relancer la croissance américaine.

Salué par l’Association des Economistes Baptistes d’Amérique du Nord, son essai économique intitulé “Slavery as a response” (L’esclavage, solution de tous nos maux, en français) fait l’éloge de l’exploitation physique d’individus en vue d’améliorer les conditions économiques de la classe moyenne américaine.

Pris très au sérieux par l’Administration Américaine, l’auteur propose notamment d’asservir les classes nouvellement immigrées afin de bénéficier d’une main d’oeuvre bon marché, quasiment inépuisable.

Cette main d’oeuvre accessible au simple coût de sa subsistance, permettrait ainsi à l’économie américaine de gagner trois points de croissance annuellement et pourrait financer un système de sécurité sociale plus efficace pour les citoyens américains libres.

Terry Jr Grahams recommande au gouvernement américain de revenir aux sources de la culture américaine. Réduire en esclavage les nouveaux arrivants issus notamment du Moyen Orient et d’Asie, permettrait aux industries américaines d’accroître leur productivité et ainsi de faire pression à la baisse sur les prix.

L’auteur souligne cependant la nécessité de mettre en place un système de contrôle pour que les esclaves ne soient pas traités de façon indigne, comme ce fut le cas dans les expériences passées d’esclavage.

D’après plusieurs rumeurs, le gouvernement américain prendrait très au sérieux la possibilité d’asservir dés à présent 600 000 individus d’origines mexicaine et chinoise. La Fed devrait se réunir prochainement pour statuer sur ces propositions.