C’est une information qui risque de déplaire aux fumeurs et aux buralistes. La rumeur court dans les couloirs de l’Assemblée depuis quelques jours. Conformément à la volonté du gouvernement de renforcer sa politique de santé publique et en réponse à la pression des associations contre le cancer, un projet de loi visant à interdire définitivement la vente de tabac sur le territoire français est dans les cartons.

C’est une suite logique à l’interdiction de fumer dans les lieux publics décrétée il y a peu.

Le ministre de la santé a refusé de commenter cette rumeur, se contentant de rappeler que le tabac tuait plus de 60 000 personnes en France chaque année, ainsi que 6000 “innocents” tués par tabagisme passif.

Les représentants des buralistes ont déjà appelé à un grand rassemblement dans la capitale pour dénoncer cette mort anoncée de leur profession. Le groupe franco-espagnol Altadis, seul distributeur de cigarettes en France, s’est dit prêt à supprimer tous ses emplois sur le sol français si la loi était votée.

Les associations de défense des libertés individuelles se sont dit “particulièrement choquées par cette atteinte profonde aux libertés de chaque individu”.

L’opposition a, pour sa part, déjà annoncée qu’elle déposerait une motion de censure dés que le projet de loi sera soumis au Parlement.