On croyait tous connaître les circonstances de la mort du célèbre chanteur de varieté française Claude François le 11 mars 1978, jusqu’à ce que l’enquête soit réouverte la semaine dernière par un simple officier fraichement diplômé de l’école de police de Paris, et grand fan de l’artiste.

En effet, Cloclo serait officiellement mort électrocuté dans sa salle de bains alors qu’il changait une ampoule…

Mais le dossier fut rapidement classé malgré certains éléments peu anodins.

Lorsque l’officier et admirateur de Claude François prend connaissance de ce dossier, il y découvre une petite ligne plutôt surprenante noyée parmi d’ennuyeux paragraphes.

On y apprend que l’ampoule de la lampe en question comportait des empreintes digitales n’appartenant à aucun membre de la famille du défunt. Pour une raison inconnue, personne n’avait approfondi cette piste à l’époque.

Aujourd’hui les gendarmes auraient réouvert le dossier afin de trouver l’auteur de ces mystérieuses empreintes. On nous précise toutefois que celles-ci ne concordent avec aucun fichier de la police, ce qui laisse supposer que l’enquête pourrait s’avérer très longue.

S’agit-il d’un tragique accident ou bien d’un meurtre maquillé en accident ?

Trente ans après, le chanteur de variété Claude François possède encore de nombreux admiratifs de tous horizons. On peut aujourd’hui se réjouir qu’un jeune officier en fasse partie, lui qui se dit amoureux de ses plus grands succès, tels que “Alexandrie Alexandra”, “Comme d’Habitude”, “Cette année-là”, ou encore “Belles belles belles”.